Pages

samedi 9 novembre 2013

Science&Vie octobre 2013

J'ai lu Science et vie du mois d'octobre 2013.
C'est toujours un puissant appel au rêve et un moyen de relativiser, nous ne sommes que des atomes dans l'espace-temps.

D'abord, une petite sélection dans les brèves:
- De puissants vents galactiques apparaissent dans les données captées par les télescopes du réseau Alma au Chili pointés sur la galaxie NGC 253. Dans 60 millions d'années, cette galaxie pourrait ne plus avoir assez de matière première pour donner naissance à de nouvelles étoiles.
- Des chercheurs ont créé un faux souvenir chez des souris....
- Les dauphins se sifflent entre eux et reconnaissent leur nom à l'appel d'un ami, et ils mémorisent cette signature vocale car ils sont capable de s'en rappeler après plus de vingt ans passés sans se voir.
- Il va pleuvoir toujours plus fort sur l'Europe à cause des rivières atmosphériques, courants d'altitude gorgés de vapeur d'eau qui peuvent atteindre 300 km de largeur et 1000 km de longueur et qui vont se multiplier du fait du réchauffement climatique...

Puis le dossier de couverture: « Guérir par la pensée » La preuve en 15 expériences. 
 Ce dossier étudie 3 techniques: la méditation de pleine conscience, l'effet placebo et le neurofeedback. Ces 3 thérapies ont fait leur entrée officielle dans le cercle des sciences médicales. Si, à la différence d'autres pratiques alternatives, elles se sont extraites des marges, c'est parce que les preuves de leur efficacité sont désormais nombreuses et solides.
La méditation consiste à élargir progressivement le champ de son attention jusqu'à être totalement conscient de l'instant présent et de ce qui est ressenti. Elle est aujourd'hui étudié en psychologie clinique grâce au programme MBSR (réduction du stress basée sur la pleine conscience)et, en France, on connaît le psychiatre Christophe André qui l'a introduit. Un diplôme universitaire de médecine spécialisé en méditation et neurosciences a même vu le jour en début d'année à Strasbourg. Un schéma montre les changements morphologiques qu'elle provoque dans le cerveau. Et des expériences scientifiques sont décrites concernant les circuits de réponse à la douleur, les effets de la vaccination, le stress et le déficit de l'attention.
L'effet placebo est découvert pendant la deuxième guerre mondiale par l’anesthésiste Henry Beecher. Comme son stock de morphine est épuisé, il injecte aux blessés une solution saline, et il s'aperçoit que cette solution dénuée de principe actif a pourtant réduit la douleur chez de nombreux patients. En 1955, devenu professeur à Harvard, il publie une étude sur sujet, et l'effet est testé dans les études cliniques: un médicament doit montrer des effets supérieurs à celui d'un placebo. L'imagerie cérébrale a depuis montré que l'effet placebo produit des molécules réelles qui activent les mêmes zones que celles des médicaments, cela a été montré pour les opioïdes et la douleur.
Les expériences scientifiques décrites sur ce phénomène de l'esprit: sur la rigidité musculaire dans la maladie de Parkinson, les antiallergiques et même chez des dépressifs où les améliorations observées sont dues pour près de 51% au placebo.
Le dernier, je ne le connaissais pas.
  Le neurofeedback demande un appareillage. On pose des capteurs sur la tête et on lit les signaux électriques émis par le cerveau. Plus d'infos ici:

Connais-toi toi-même avec le neurofeedback

Voilà un dossier très intéressant. J'avais noté au cours d'une séance de relaxation que mon corps était aussi détendu que sous l'effet d'un myorelaxant appelé tétrazépam et ça m'avait fasciné de penser que mon cerveau avait peut-être mimé une molécule aussi puissante qu'un benzodiazépine (récemment interdit). A moins que ce ne soit l'inverse, la molécule qui mime une action naturelle du cerveau. Les techniques d'imagerie cérébrale permettent de voir la force de l'esprit se matérialiser: la méditation bouleverse certains rythmes cérébraux entre les aires frontales et pariétales, le placebo fait produire au cerveau ses propres antalgiques....
Autres dossiers de ce S&Vie.
Le problème des archives abandonnées. Savez-vous qu'il n'y pas de plan d'archivage des missions de la NASA et que cela pourrait compromettre les retours sur la Lune ?
Et que des expériences en ex-URSS d'irradiation de tissus animaux, dans un lieu tenu secret de l'Oural, sont essentielles pour comprendre l'effet des radiations ionisantes sur les cellules, car de telles expériences ne sont pas reproductibles, tant pour des raisons éthiques que financières.
Quand à l'herbier du muséum d'histoire naturelle, sa rénovation, décidée en 2005, est aujourd'hui achevée: il a fallu trier, aérer, reclasser 8 millions de spécimens, et on en a numérisé 6 millions. C'est peut-être au milieu de ces plantes séchées que se cachent les plus grandes découvertes...
Et aussi, un dossier sur la cigarette électronique en 8 questions, elle semble nettement moins dangereuse pour la santé que la vraie cigarette.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire